UX Design Comportemental

J'espĂšre que vous prendrez plaisir Ă  lire cet article.

🧠 Savez-vous vraiment ce que font vos utilisateurs ou le supposez-vous ?

UX Design Comportemental, savez-vous vraiment ce que font vos utilisateurs ou le supposez-vous?

Les utilisateurs dĂ©cident avant d'agir ? En ĂȘtes-vous certains ?

A San Francisco en 1980, plusieurs personnes participent Ă  une expĂ©rience. PlacĂ©s devant une horloge ne possĂ©dant qu’une seule aiguille les participants doivent appuyer sur un bouton au moment oĂč ils le dĂ©cident.

Seule consigne : ils doivent mĂ©moriser la position prĂ©cise de l’aiguille sur le cadran au moment oĂč ils ont pris leur dĂ©cision d’appuyer sur le bouton.

Les scientifiques ont pris le soin d'enregistrer l’activitĂ© des neurones du cortex moteur grĂące Ă  des Ă©lectrodes placĂ©es sur le crĂąne des participants.

A l'Ă©poque j'avais 12 ans et ce que Benjamin Libert (1) va dĂ©couvrir va ĂȘtre Ă  l'origine de ma passion pour le cerveau : les neurones du cortex moteur ont Ă©tĂ© activĂ©s jusqu’à plusieurs secondes (2) avant que les participants ne pensent avoir pris leurs dĂ©cisions.

UX Design Comportemental, le cerveau décide de cliquer avant que l'utilisateur ne soit conscient

(a) Le paradigme Libet. Le participant fait une action volontaire et rapporte le moment oĂč il a ressenti le « besoin conscient » de se dĂ©placer, en notant la position du point sur l'Ă©cran. Les signaux cĂ©rĂ©braux sont mesurĂ©s Ă  l'aide de l'EEG et de la synchronisation du mouvement rĂ©el par Ă©lectromyographie (EMG) attachĂ©e au poignet.  Source de l'image : Jolyon Troscianko (http://www.jolyon.co.uk).

(b) Potentiels de prĂ©paration schĂ©matisĂ©s Ă  l’aide d’un EEG. Le potentiel de prĂ©paration commence Ă  augmenter avant que le participant ne soit conscient de sa dĂ©cision d’agir.


Imaginez un instant que nous nous trompions et que les pensĂ©es des utilisateurs ne soient que le rĂ©sultat d’une construction mentale complexe dont ils n'auraient conscience que quelques secondes aprĂšs que leur cerveau ai assemblĂ© les informations nĂ©cessaires pour alimenter leur conscience.

Vingt huit ans plus tard, en avril 2008, les neuroscientifiques de l'Institut Max Planck à Leipzig en Allemagne ont confirmé que nos décisions sont engagées par les activités non-conscientes de notre cerveau bien avant que nous ne devenions conscient de notre intention d'agir.

Dans l’expĂ©rience qu’ils ont mis en oeuvre, il Ă©tait demandĂ© Ă  des participants d’effectuer une tĂąche trĂšs simple : appuyer sur un bouton.

Au prĂ©alable Ă  l'action les participants devaient dĂ©cider et communiquer aux scientifiques avec quelle main, gauche ou droite, ils avaient l’intention de rĂ©aliser cette tĂąche. Pendant tout ce temps, les diffĂ©rentes activitĂ©s du cerveau des participants Ă©taient enregistrĂ©es avec un IRMf.

Les résultats découverts par Libert et son équipe sont confirmés avec une technologie plus récente : les décisions des participants étaient prévisibles plusieurs secondes avant qu'elles n'arrivent à leurs consciences.

Autrement dit, quand les participants verbalisaient leurs décisions, leurs cerveaux avaient déjà pris la décision plusieurs secondes au préalable.

Si ces études sont basées sur des tùches trÚs simple, elle soulÚvent des questions profondes sur la nature des décisions et actions des utilisateurs.

Le cerveau des utilisateurs prĂ©pare et anticipe minutieusement les dĂ©cisions qu'ensuite ils ont l’impression de prendre de maniĂšre consciente.

  1. 1
    LĂ  oĂč nous pensons que les utilisateurs sont en contrĂŽle, leur cerveau dĂ©cide milliseconde aprĂšs milliseconde de ce qu’il va faire en assemblant toutes les donnĂ©es Ă  sa disposition : les souvenirs stockĂ©s, les informations extĂ©rieures qu’il rassemble grĂące aux diffĂ©rents sens, 

  2. 2
    LĂ  oĂč vous pensiez que les activitĂ©s du cerveau de vos utilisateurs sont la consĂ©quence des dĂ©cisions qu’ils prennent, les Neurosciences dĂ©montrent que les activitĂ©s de leurs cerveaux sont rĂ©alisĂ©es bien avant qu’ils ne pensent faire un choix conscient.

UX Design Comportemental, la conception d'une expĂ©rience n’a rien Ă  voir du tout avec la construction d’un Ă©cran

Imaginez la portĂ©e d’une telle dĂ©couverte sur l’expĂ©rience utilisateur de l’un de vos supports digitaux. Cela veut dire que les cerveaux des utilisateurs prĂ©parent leurs intentions d’action plusieurs secondes avant d’agir !

Ces éléments mettent en avant une réalité toute autre que celle actuellement en vigueur :

La conception d'une expĂ©rience n’a rien Ă  voir du tout avec la construction d’un Ă©cran. Un Ă©cran va participer Ă  gĂ©nĂ©rer une expĂ©rience mais l’expĂ©rience se produit Ă  100% Ă  l’intĂ©rieur du cerveau.


100% de vos utilisateurs sont des ĂȘtres humains, 100% des ĂȘtres humains ont un cerveau et 100% d’une expĂ©rience se produit dans le cerveau.

En Design Comportemental, savoir comment fonctionne le cerveau est indispensable pour construire une expérience utilisateur efficace.

Et comprendre et mesurer les activités du cerveau permet de construire une expérience utilisateur efficace.

Cerveau, expérience, Design Comportemental, mais finalement quelle est la définition biologique de l'UX

(1) Libet B. Unconscious cerebral initiative and the role of conscious will in voluntary action , Behavioral and Brain Sciences. 1985. 8. p. 529-566.
(2) Haggard P. Human volition : Towards a neuroscience of will. Nat. Rev. Neurosci., 2008. 9. p.934-946.

Vous voulez aller plus loin ?


 ou simplement ĂȘtre tenu au courant de l'actualitĂ© sur le Design Comportemental

Nous prenons votre vie privĂ©e au sĂ©rieux et ne vous spammerons jamais, ne partagerons ni ne vendrons vos donnĂ©es. Vous pouvez Ă©galement vous dĂ©sinscrire des e-mails Ă  tout moment en 1 clic. Consultez notre politique de confidentialitĂ© pour tous les dĂ©tails.