UX Design Comportemental

J'espère que vous prendrez plaisir à lire cet article.

🧠 En UX, l’utilisateur court d’abord, et rĂ©flĂ©chi après.

UX Design Comportemental, courir d'abord réfléchir après

« Homo-Sapiens » a toujours fonctionné à deux vitesses. Entre vigilance réflexe instantanée et analyse a posteriori. Ce mécanisme binaire est toujours au cœur de toute démarche UX, seule la nature des prédateurs et proies a changé.


Le cerveau « émotionnel » connecte les « expériences mémorisées dans le passé » à la situation « éprouvée dans l’instant » afin d’établir des relations de cause à effet.


Si une situation identique était survenue auparavant avec comme conséquence la mort d’un membre du groupe, la probabilité était cataloguée « élevée » qu’un nouvel événement de ce type produise le même résultat.


Être la proie d’un prédateur ou survivre pouvait tenir à un poil de « panthera tigris » et quelques fractions de secondes.

Cela me fait toujours rire d’imaginer la longévité de notre espèce humaine si nous avions été des « Homo-Œconomicus » rationnels et conscients

Vous savez, cette idéalisation de l’ « utilisateur » moderne, Homo-Œconomicus, abusivement envisagé ces dernières décennies comme le nec plus ultra.

Design Comportemental-Marc Van Rymenant

Imaginez un de ces spĂ©cimens d'Homo-Ĺ’conomicus dans la savane prĂ©historique : 

« Oh, à 250 mètres je vois un gros animal à rayures courant vers moi. Sur base de l’ensemble des traits que j’observe, il doit s’agir d’un animal de la famille des félidés, probablement un tigre à dents de sabre. Oui, oui c’est bien un machairodonte mâle ! J’estime la vitesse de sa course à environ 50 km/h. Vu cette célérité, il lui faudra quelque 20 secondes pour se porter à ma hauteur. Plusieurs options s’offrent à moi, analysons quelle est la plus optimale. Vu qu’il est midi, et que les tigres partent habituellement chasser tard dans la journée ou de nuit, le fauve doit avoir son estomac plein. Dans ce cas, je peux rester sans bouger. Seconde option : faim ou pas faim, peut-être me voit-il comme une proie à zigouiller ? En ce cas, il faut que je … Oups, je suis mort ! » 🙂

Heureusement, le héros de l'extrait ci-dessous, et vos utilisateurs, sont bien des Homo-Sapiens.

Notre biologie s’est naturellement construite au fil de millions d’années autour d’un principe de « vigilance réflexe » selon lequel il était préférable de se tromper plutôt que de risquer la mort.

Ce réflexe ne nous immunise toujours pas aujourd’hui à commettre des erreurs.

En UX, face à un prédateur dans votre écran, l'utilisateur court d’abord, et réfléchi après.

Lorsque nos ancêtres voyaient fondre sur eux un « prédateur », il était impératif que le cerveau « émotionnel » réagisse au quart de tour et que l’humanoïde prenne ses jambes à son cou sans entamer une analyse « rationnelle » de la situation sous peine de périr de mort violente. Courir d’abord, analyser ensuite.

Aujourd’hui, dans l’expérience que vos utilisateurs vivent en utilisant un service digital, si le cerveau perçoit des composants comme « prédateurs », que pensez-vous que le cerveau va faire ?

Réponse : éviter les composants perçus comme « prédateurs ». Dit autrement, éviter de les regarder. Courir d’abord, analyser ensuite.

Vous voulez aller plus loin ?

… ou simplement être tenu au courant de l'actualité sur le Design Comportemental

Nous prenons votre vie privĂ©e au sĂ©rieux et ne vous spammerons jamais, ne partagerons ni ne vendrons vos donnĂ©es. Vous pouvez Ă©galement vous dĂ©sinscrire des e-mails Ă  tout moment en 1 clic. Consultez notre politique de confidentialitĂ© pour tous les dĂ©tails.